Inventons la démocratie participative

Lors du 2ème forum de la démocratie participative du 17 mai 2011, je suis intervenue aux côtés de Myriam CAU, Vice présidente du Conseil Régional Nord-pas-de-Calais, Rudy Elegeest, Maire de Mons-en-Baroeul, Rémy Lefebvre et Antoine Bevoor, sociologues.  Voilà ce que j’ai dit en quelques mots  sur le thème «  Inventer la démocratie participative, c’est réinventer la Démocratie ! »

1. Une crise de la démocratie

Nous traversons une crise de la Démocratie sans précédent. L’abstention et le vote Front National atteignent des niveaux sans précédent. La fracture est profonde.  Comme l’explique Loïc Blondiaux (« Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative« , Seuil, 2008), la démocratie est le pouvoir au peuple. Elle ne peut pas se satisfaire d’un système figé. Elle doit se renouveler en permanence.

Aujourd’hui, la démocratie est essentiellement représentative. Les représentants du peuple viennent de différents partis politiques. Hors les partis rencontrent des difficultés.

Les partis rencontrent des difficultés à accueillir et faire élire des personnalités issus de milieux sociaux diversifiés.  Moins de 2% des députés relèvent de la catégorie ouvriers-employés, qui représente pourtant plus de la moitié de la population active française en 1997.  Cette situation avait été décrite dès les années 70, par Daniel Gaxie dans « le cens caché, inégalités culturelles et ségrégation politique » (1975), qui analysait les causes de l’exclusion des catégories populaires à avoir la même reconnaissance au sein des partis. Cette situation s’est aggravée et touche biensûr tous les espaces d’engagement (syndicats, associations, etc.).

Les partis rencontrent également des difficultés à intéresser les citoyens à la chose publique et aux projets qu’ils défendent. Dans un monde de plus en plus complexe, de plus en plus technicisé, les citoyens peinent à comprendre comment se construisent et s’animent les politiques publiques dans les instances où siègent leurs élus.  Pour beaucoup, la vie politique se résume à une arène ou se joue une compétition personnelle d’égo mise en scène par les médias. Le projet porté par les partis passe au second plan.

2. Une autre démocratie ?

Face à ce constat, la démocratie participative apparait comme une solution pour impliquer TOUS les citoyens dans la vie politique. Il s’agit pour les institutions comme le Conseil Régional de développer des espaces de coproduction des politiques publiques.  En d’autres termes, après les élections, les citoyens doivent pouvoir suivre et participer aux décisions publiques qui concernent l’avenir de leur territoire.

Cette démarche d’implication des citoyens dans la construction et la mise en oeuvre des politiques publiques est très exigeante. Ce type de concertation existe sur l’énergie notamment avec plan climat animé par le Conseil Régional. Il ne s’agit pas de se contenter de demander aux citoyens quel type d’éolienne veulent-ils ? Mais de s’interroger sur : Quels sont vraiment nos besoins énergétiques ? Pour quel mode de vie ? Avec quel impact sur l’environnement ? Avec quel impact sur l’emploi ? etc. En d’autres termes, c’est l’ensemble de la politique énergétique qui est conçu collectivement.

Ce type de démarche conduit à partager, avec les citoyens, des questions essentielles : quel développement pour notre territoire ? Quelle organisation de la société ? Quel choix économique ? Pourquoi et comment préserver et valoriser notre environnement ? En répondant à ces questions, les citoyens sont associés à un véritable choix de civilisation.  Animer ce type de concertation nécessité le déploiement de méthodes innovantes d’animation des politiques publiques.

3. Coopérer pour des politiques publiques partagées

Jusqu’à présent, l’expertise technique et politique (parti, administration, université ou bureau d’étude) fondaient la plupart des orientations politiques et parfois des décisions publiques. Faire rentrer les citoyens, dans le jeu,  nécessite de repenser les méthodes de constructions des politiques publiques. Ces méthodes doivent pouvoir créer les conditions pour qu’il n’y ait pas une hiérarchie des savoirs (savoirs experts et savoirs « citoyens ») mais une construction collective par l’échange de savoirs.

Concrètement, il faut soutenir les méthodes de concertation qui permettent aux institutions et aux citoyens de coopérer. Par exemple, la Fondation Sciences Citoyennes fondée par Jacques Testart propose de développer les « conférences de consensus » ou « conférence de citoyens » pour aider les décisions publiques. Il s’agit de proposer à des citoyens d’auditionner des experts, des acteurs, des personnalités et de rendre un avis pour orienter une politique publique. Prenons un exemple, le Conseil Régional a organisé une conférence de citoyens pour mieux définir les objectifs de sa politique culturelle. Ces démarches peuvent être généralisées.

Il faut, enfin, continuer et renforcer le soutien apporté à l’éducation populaire. L’éducation populaire peut former et donner envie aux citoyens de participer à la vie publique. L’éducation populaire peut également permettre aux citoyens e sortir de la dénonciation ou l’abstention en leur donnant la capacité de proposer leur propre projet, d’élaborer leur propre proposition politique. C’est ce que font par exemple les Universités Populaires et Citoyennes de notre Région.

Prochains rendez vous : Myriam CAU, Vice Président du Conseil Régional poursuit son chantier « inventons la démocratie participative » sur internet : http://www.participons.nordpasdecalais.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :