L’égalité des droits, çà crée du bonheur

Pour le groupe Europe Ecologie Les Verts, j’ai défendu une motion de soutien à la lutte contre l’homophobie. Cette motion a été votée à l’unanimité en séance plénière aujourd’hui (24 février 2011). Un grand merci à Enzo Poultrenier et Cyrille Pradal pour leurs travaux. Ci dessous la présentation que j’en ai faite en séance et le texte complet de la motion.

Le terme homophobie est apparu dans les années 70. Il désigne l’hostilité envers l’homosexualité. Aujourd’hui, il désigne plus généralement les discriminations, les violences physiques ou verbales, en raison de l’orientation sexuelle.

On croit souvent à tord qu’en France, en Europe, l’homophobie est un fait marginal ou un vestige du passe. Hors en France, jusqu’en 1960, l’homosexualité était pénalement considéré comme facteur aggravant. Il a fallu attendre l’arrivée au pouvoir de François Mitterand pour que l’homosexualité soit totalement dépénalisé. Et c’est seulement en 1990, que l’OMS supprime l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Depuis 2003 et 2004, la loi française punit plus sévèrement les agressions motivées par l’homophobie au même titre que les comportements racistes. Le rapport annuel d’SOS homophobie nous permet d’avoir un diagnostic actualisé de l’homophobie en France. Cette année encore, ce rapport souligne que, même si la société est plus ouverte, les discriminations et les insultes homophobes persistent et l’égalité des droits n’est pas acquise.

La motion, que nous vous proposons aujourd’hui, marque notre reconnaissance de l’existence de l’homophobie aujourd’hui. Cet acte politique prend une importance renouvelée au moment où un député de notre région provoque une polémique nationale en tenant des propos irresponsables, indignes des valeurs de notre République.

La motion présentée marque également notre volonté de donner un écho à la mobilisation des associations, des organisations politiques, des collectivités qui agissent contre l’homophobie. Et si ces mouvements agissent, c’est parce qu’elles ont la conviction comme nous, que les violences, les discriminations subies par certains citoyens affectent toute la société.

Hier lors de la plénière du SRADT, Jean Viard nous parlait de bonheur privé et de malheur public. La formule est appropriée concernant l’homophobie. L’homophobie fait notre malheur public par les souffrances qu’il suscite. Car la stigmatisation a pour conséquence une intériorisation des violences et des préjugés qui conduit au mal être, à la culpabilité, à la peur, au repli sur soi. Expliquant peut être un taux de suicide de 10 fois supérieur à la moyenne chez les jeunes homosexuels.

Pourtant à l’origine de ce malheur, il y a un bonheur privé, l’amour entre deux personnes. Et nous croyons que l’amour est un bien commun indispensable à une société plus harmonieuse. Alors par cette motion, par le renforcement de notre engagement pour l’égalité des droits, nous voulons contribuer à faire en sorte que ces bonheurs privés soient davantage un bonheur public.

Consulter la motion : Motion modificative Homophobie (EELV)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :